Qu'appelle-t-on Dark data ?

 

 

 

Les dark data sont les données d’une entreprise cachées par ses salariés de manière volontaire ou involontaire. Elles peuvent pourtant constituer une mine d’informations non négligeable ou rendre accessibles des informations que l’on pensait protégées.

Non structurées, non sécurisées, dispersées sur des serveurs publics et donc inexploitées, les dark data représenteraient, selon International data corporation (IDC), 90% des données des entreprises.

Les entreprises ont donc intérêt à mettre en place une politique de structuration, de sécurité et de stockage de leurs données non maîtrisées afin de pouvoir les exploiter.

Dans cette stratégie, la première étape consiste à faire un état des lieux des serveurs et des données stockées. Il est par exemple courant de voir des données qui n’ont aucun intérêt pour le business de l’entreprise être sauvegardées en plusieurs exemplaires dans le Cloud ou sur un serveur central. Ainsi en moyenne, 1/3 des données stockées par les entreprises n’ont aucune pertinence pour leur activité, mais elles deviennent une source de coût non négligeable.

Inversement, certaines données cruciales ne sont pas dupliquées et sont stockées sur des serveurs locaux. Elles sont alors inexploitables au niveau du groupe, ce qui est dommageable. D’où l’importance de mettre en œuvre une architecture cohérente, sécurisée et un processus de gestion de ces dark data afin de les rendre visibles et exploitables. Les entreprises doivent reprendre la main pour mettre en œuvre ces bonnes pratiques.

 

 

 

 

 

Source d’information:

http://blogs.sap.com/innovation/big-data/what-is-dark-data-020004

 

Article publié le 2 novembre 2015 par Comité de Caritat.

Posez votre question, nos experts vous répondront