Quelles sont les formes de valeur des données ?

 

 

Les données peuvent tout d’abord être vues comme une matière première que nous pouvons acheter ou vendre.

Cet aspect peut poser problème car certaines transactions font polémique.

Par exemple, la police néerlandaise achète les données de navigation de Tom Tom et positionne ses radars sur les lieux où les dépassements sont les plus fréquents. Ceci soulève la question du prix de vente des données : doit-on vendre les données au prix que cela coûte de les produire ou au prix qu’elles feront gagner à l’acheteur? La première possibilité est la plus simple pour les vendeurs, il suffit de recenser les coûts d’installation d’infrastructures et de les facturer, même si elle offrira peut-être aux acheteurs l’opportunité de faire une excellente affaire en bénéficiant de valeurs futures plus élevées que les valeurs d’achat. La deuxième possibilité est plus difficile car les calculs sont plus complexes, puisque basés sur la valeur future et donc subjective des données.

 

Ensuite, les données peuvent être utilisées par les entreprises dans leur propre intérêt. En effet, les données recueillies permettent de mieux connaître l’utilisation des produits et l’évolution de leurs performances techniques, de façon à les améliorer afin de réduire les coûts.

 

Article publié le 2 novembre 2015 par Comité de Caritat.

Posez votre question, nos experts vous répondront