Quels sont les coûts relatifs au stockage des données ?

 

 

 

Le spam représente depuis longtemps un coût énorme pour les entreprises.

Selon Ferris Research, le spamming pourrait représenter une facture globale de près de 130 milliard de dollars dans le monde cette année, dont 42 milliard de dollars aux Etats-Unis.

McAfee, dans son rapport mensuel « Spam Report » de mars 2009, a calculé qu'il coûterait en moyenne 182 500 dollars par an à une entreprise de 1 000 salariés payés 30 $ de l'heure.

 

Il semble donc, étant donnée la période de crise actuelle, que ce secteur représente une source d’économies non négligeables et faciles à réaliser. La progression des coûts du spamming est de plus très rapide puisqu’en 2005, Ferris Research évaluait son coût total à “seulement” 50 milliards de dollars dans le monde.

 

La première source de coût est le temps perdu par les collaborateurs à faire le tri entre spams et emails légitimes, à ouvrir et à supprimer les emails indésirables. Le nombre de spams reçus par jour par un utilisateur serait d’environ 25.

 

La circulation des spams au sein des entreprises entraîne des sur-coûts de gestion de trafic inutile. Toutes les entreprises dépensent des sommes importantes pour gérer le stockage, les serveurs, la bande passante et bien sûr l’énergie électrique nécessaire à l’alimentation.

La lutte anti-spam mobilise elle aussi des ressources croissantes humaines et matérielles.

 

Enfin, une dernière source de coût est difficile à chiffrer : celle des erreurs commises par les usagers lors de la suppression de spams supposés ou de la mise à mal de la réputation des sites officiels lorsque le spam renvoie directement à ceux-ci.

 

 

Source d’information :

http://www.orange-business.com/fr/blogs/usages-dentreprise/economie-des-telecoms/spam-un-cout-economique-et-ecologique

 

Article publié le 2 novembre 2015 par Comité de Caritat.

Posez votre question, nos experts vous répondront