Le métier d'actuaire

 

PLAN

Qu'est-ce qu'un actuaire ?

Le rôle d’un actuaire ?

Les missions d'un actuaire en assurance

L’actuariat, en France et dans le monde

 

Comment devenir actuaire ?

Quel profil pour devenir actuaire ?

Quelles sont les formations pour devenir actuaire ?

 

Qu’attendre du métier d’actuaire ? Quelles sont les évolutions du secteur ?

Quel salaire pour un actuaire ?

Comment peut-on évoluer en tant qu’actuaire ?

Quelles sont les évolutions du monde de l’actuariat ?

 

 

Qu’est-ce qu’un actuaire ?

 

Le rôle d’un actuaire

  • Les activités et responsabilités d’un actuaire

Le rôle de l’actuaire est de « mettre en équation » les différents risques. Autrement dit, à l’aide de différents outils mathématiques, il anticipe et évalue les risques matériels et humains. L’actuaire peut ainsi être considéré comme un visionnaire; ses analyses s'inscrivent dans une démarche de gestion des risques.

Par ses grandes connaissances en statistiques et probabilités, ce « boss des maths » qu’est l’actuaire est un atout indispensable pour l’entreprise. 

  • Dans quels domaines travaillent les actuaires ?

On trouve des actuaires dans différents organismes : en assurance, réassurance, banques, retraite et prévoyance.

Voici la répartition des actuaires en fonction des secteurs d’activité en France :

 

 

 

Le travail de l’actuaire est particulièrement nécessaire aux compagnies d’assurance pour fixer et adapter leurs tarifs. Par exemple :      c’est en étudiant les statistiques des sinistres passés (le nombre d’incendies dans une ville…) que l’actuaire détermine la probabilité de ceux qui sont à venir. Ce chiffre permet ensuite aux assureurs de déterminer le montant des souscriptions et des remboursements pour une protection contre les incendies.

 

De fait, l’actuaire a un rôle clé au sein de l’entreprise. Outre les compagnies d’assurance, la gestion des risques intéresse un grand nombre d’entreprises. Pour les régimes de retraites et de prévoyance, il permet de fixer les cotisations et pensions. Dans le monde de la banque et de la finance, les analyses de l’actuaire aident à gérer des portefeuilles d’actions. L’actuaire joue également un rôle important chez les réassureurs (les assureurs des assureurs) où il mène des travaux de recherches sur les nouveaux risques mondialisés comme le terrorisme ou le réchauffement climatique. Il travaille alors en étroite collaboration avec des spécialistes des différents thèmes.

 

On peut définir deux types d’actuariat avec des objectifs et méthodes différentes :

 

Actuariat financier : assure le suivi et la validation des résultats de l’entreprise en garantissant la cohérence entre les objectifs stratégiques et les contraintes techniques.

 

Actuariat produits : contribue au processus de création et d’adaptation des produits par la réalisation d’études techniques et le suivi et l’analyse de résultats.

 

  • Les activités au quotidien

 

Au quotidien, cet expert travaille à l’aide de logiciels de calcul et d’évaluation afin de concevoir ses hypothèses.

Un actuaire peut également être responsable d’un service et encadrer une équipe de techniciens et de personnes chargées d’études actuarielles.

 

 

À savoir
Dans le monde de l’assurance, on distingue les actuaires d’assurance vie des actuaires d’assurance non vie. Ils utilisent des outils différents.
Pour en savoir plus sur les différentes branches du secteur de l’assurance, consulter le dossier complet CARITAT : Le secteur de l'assurance 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Dans quel environnement évolue l’actuaire ?

 

Du fait de sa polyvalence et de la spécificité de sa profession et selon les tâches qui lui sont attribuées, l’actuaire travaille avec de nombreux acteurs de l’entreprise : la direction générale, les autres fonctions du chiffre (comptabilité, contrôle de gestion, finance…), les acteurs opérationnels (commerciaux…), les fonctions support (marketing, communication, informatique, logistique…). Un actuaire ne travaille jamais seul. Dans la majorité des cas, il évolue au sein d’une direction technique, souvent située au siège social de l’entreprise, permettant ainsi la collaboration avec les autres acteurs.

 

 

Les missions d’un actuaire en assurance

 

Au sein des compagnies d’assurances, l’actuaire anticipe les risques que prend l’entreprise dans la gestion des contrats. L’actuaire évalue, en temps réel, si les réserves sont suffisantes pour faire face aux dépenses. Ses missions sont les suivantes :

  • réaliser des études économiques, financières et statistiques dans le but de mettre au point ou modifier des contrats d’assurance,
  • anticiper, analyser la probabilité d’occurrence des sinistres pour lesquels un contrat d’assurance va être souscrit,
  • mettre au point les règles et barèmes de tarification applicables à chaque catégorie de contrats, en fonction des résultats de ces anticipations,
  • analyser la faisabilité des souscriptions,
  • négocier avec les collaborateurs les procédures de contrats,
  • assurer le suivi des évolutions comptables de la compagnie,
  • rendre des comptes à la direction,
  • eventuellement prendre en charge la gestion financière d’une entreprise : prévisions, choix des investissements…
  • et encadrer et animer une équipe de collaborateurs

Par exemple, pour assurer une entreprise (contrat collectif), il s'intéressera à ses résultats et étudiera différents scénarios pour calculer les risques. Dans l'élaboration d'un contrat individuel d'assurance-vie, il s'appuiera notamment sur les tables de mortalité pour définir ses tarifications. L'actuaire peut travailler sur un seul type de contrat (par exemple seulement des contrats d’assurance automobile) ou bien gérer différents types de contrats (contrats individuels, d’assurance vie ou non-vie, contrats collectifs…).

 

 

L’actuariat, en France et dans le monde

 

En 2010, il y avait 45 000 actuaires dans le monde dont environ 2 600 en France, soit 6% de l’effectif total.

 

 

 

 

 

Source : Institut des actuaires

Retour haut de page

 

 

Comment devenir actuaire ?

 

Quel profil pour devenir actuaire ?

  • Quelles sont les connaissances requises pour être actuaire ?

Le baccalauréat S (scientifique) est conseillé. En effet, l’actuaire est avant tout un matheux et un expert technique. Il possède des connaissances pointues en mathématiques, statistiques, finance et calcul de probabilités.

L’actuaire doit également avoir des bases solides en droit et en fiscalité des assurances.

Il est nécessaire qu’il maîtrise parfaitement les outils et les techniques informatiques indispensables pour effectuer tous ses calculs.

Etant donné que les fonctions de l’actuaire comportent souvent une dimension internationale, la pratique de l’anglais est fortement recommandée.

 

  • Quelles sont les qualités requises pour être actuaire ?

L’importance et la précision du travail de l’actuaire nécessitent tout d’abord une bonne organisation et de la rigueur. Un actuaire doit faire preuve d’autonomie.

L’actuaire conseille et accompagne techniquement les acteurs chargés de la souscription et de la commercialisation des produits. Il joue un rôle majeur dans la décision d’accepter un contrat. L’actuaire a un vocabulaire et des concepts propres. Pour échanger des informations avec d’autres services de sa compagnie, il doit avoir le sens de la communication et du travail d’équipe.     

 

Quelles sont les formations pour devenir actuaire ?

 

Dix filières de formation d'actuaires sont reconnues par l'Institut des Actuaires :

» L'Institut de Science Financière et d'Assurances de l'Université de Lyon (ISFA)

» L'Institut de Statistiques de l'Université de Paris (ISUP)
» L'Université Louis Pasteur de Strasbourg (ULP) 
» L'Euro Institut d'Actuariat de l'Université de Brest (EURIA)
» L'Université Paris Dauphine
» L'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique (ENSAE)
» L'École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales (ESSEC) en partenariat avec l'ISUP
» Le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
» Le Centre d'Études Actuarielles (CEA)
» Le Collège des Ingénieurs

 

Ces filières, suivant les cas, recrutent des étudiants à l'issue des classes préparatoires aux grandes écoles ou en licence/master. D’autres proposent exclusivement un diplôme en formation continue à des diplômés (Bac + 5) justifiant d'au moins deux ou trois ans d'expérience dans un domaine actuariel (CEA, CNAM, Collège des Ingénieurs).
 

L’actuaire obtient son diplôme en ayant suivi une des formations présentée ci-dessus.

 

CERTIFICATION : Une fois le diplôme obtenu, le certificat est prononcé par le Conseil d’Administration de l’Institut des Actuaires.

 

QUALIFICATION : Demander la qualification nécessite au minimum trois ans d’expérience professionnelle continue.

 

Retour haut de page

 

Qu’attendre du métier d’actuaire ? Quelles sont les évolutions du secteur ?

 

 

Quel salaire pour un actuaire ?

 

Le salaire moyen d’un actuaire, lors de son embauche est de 35 000€ à 40 000 € bruts par an avec une part variable possible selon les entreprises. Ensuite, avec l’ancienneté, le salaire peut augmenter rapidement. Ainsi, après un à trois ans d'activité, un actuaire peut devenir chargé d'études (environ 45 000 €), puis chargé d'études confirmé et percevoir 50 000 €. Il est également possible d’accéder, au bout de cinq à huit ans, au poste de responsable technique et d’élever son salaire annuel à 70 000 € brut. Certains actuaires ouvrent leur propre cabinet ou encore exercent leurs talents à l'étranger.

 

Comment peut-on évoluer en tant qu’actuaire ?

 

L’évolution de l’actuaire au sein d’une entreprise dépendra :

  •  des compétences acquises,
  • des centres d'intérêt,
  • des opportunités de carrière qui s'offriront à lui.

Figurant parmi l’élite des salariés de l’assurance, les actuaires évoluent très facilement vers des postes de direction.

 

Voici quelques exemples de métiers vers lesquels l’actuaire peut évoluer après quelques années d’expérience :

  • Responsable actuariat
  • Responsable technique produits
  • Responsable gestion actif-passif
  • Responsable service études et prospective
  • Chef de marché produits
  • Directeur Général

 

Avec la création récente de nouvelles formations, le nombre d’actuaires ne cesse d’augmenter. Cependant, la demande est suffisamment forte pour garantir un emploi à tout nouveau diplômé. Actuellement, les principaux débouchés se situent dans l’assurance de personnes en raison de son fort développement et de l’implication nouvelle des établissements financiers.

 

Les jeunes sont très appréciés et trouvent facilement un emploi. Comme le montre ce graphique, la moitié des 2 600 actuaires français ont obtenu leur diplôme après 2000.

 

 

 

 

Population étudiée : les membres de l’Institut des actuaires

Source : Institut des actuaires

 

Un débutant peut commencer en tant que chargé d’études actuarielles et ensuite gravir les échelons. À condition d’être mobile, les possibilités d’évolution sont réelles. Des évolutions vers des postes de haut niveau sont accessibles avec l’expérience et des talents de manager : en cinq ans, un actuaire peut accéder à un poste d’encadrement, prendre en charge la direction financière de sa compagnie, avoir d’importantes responsabilités à un niveau international… D’après une étude de la Faculté des sciences économiques et de Gestion Aix- Marseille, 16 % des actuaires accèdent à un poste de direction générale dans les assurances.

 

Quelles sont les évolutions du monde de l’actuariat ?

 

Les nouvelles directives européennes Solvabilité II et Bâle III exigent des banques et des organismes d’assurance qu’ils mesurent leur exposition aux risques inhérents à leurs activités. Ceci crée un besoin fort en termes de modélisation financière. En réponse à cette tendance, la taille des promotions d’actuaires a été de nouveau accrue. Ainsi, ce sont près de 236 nouveaux actuaires qui sont entrés à l’Institut des Actuaires en 2011 contre 200 en 2009.

 

De fait, la profession vit une période radieuse. Les actuaires vivent une époque de plein emploi, et même de pénurie de compétences face à une demande qui croît fortement.

 

 « Le besoin en actuaires ne va ni se démentir ni faiblir. Pour les entreprises d'assurances ou de conseil, il est indispensable de renforcer les équipes. Solvabilité 2, IFRS phase 2, European Embedded Value... Autant de projets qui nécessitent des compétences actuarielles. Avant, pour gérer un portefeuille de contrats, un ordinateur suffisait. Avec l'arrivée des méthodes stochastiques, il faudra incorporer de plus en plus de jugement humain », estime Thomas Béhar, président de l'Institut des actuaires en 2013.

 

Par ailleurs, s’inscrivant dans cette dynamique internationale, l’Institut des actuaires a rendu obligatoire depuis 2010, le Perfectionnement Professionnel Continu pour les actuaires qualifiés, à hauteur de 3 jours par an. S’inscrivant également dans cette dynamique d’amélioration de l’image et de la qualité de la profession d’actuaire, CARITAT propose des formations homologuées "PPC" par l'Institut des Actuaires.

Retour haut de page